Scroll to the next section

Simplewins journal #3

Ascensia Diabetes Care a comme but de simplifier la vie des patients diabétiques et des professionnels de la santé qui les assistent. Nous faisons ceci, non seulement en développant des nouveaux produits, mais également en offrant et en partageant des informations utiles. Cette filosophie est aussi appliqué sur notre site web et le journal SimpleWins renouvelé.

Tamimount Ameziane, infirmière diabétologue, et Patricia Van Rooy, diabétologue du département diabétologie de l’Hôpital anversois ZNA Middelheim, ont créé un DVD éducatif intitulé « Cuisine marocaine pour diabétiques ». Tamimount est elle-même d’origine marocaine et c’est elle qui a eu l’idée de créer ce DVD, car elle estime que de nombreux diabétiques marocains, et surtout les personnes plus âgées, ne sont pas en mesure, en raison de leur faible connaissance du néerlandais et de leur faible niveau d’alphabétisation, de bénéficier des précieux conseils données par un diététicien ou de bien comprendre la liste des produits alimentaires qu’ils doivent acheter. Le DVD propose de nombreux succulents repas qui sont bons pour la santé et qui sont également largement appréciés par le public belge.

Tamimount: « Cette idée d’un DVD m’est venue lors d’un cours sur l’alimentation saine qui était donnée à des patients diabétiques marocains. Notre objectif consistait à donner des conseils alimentaires de manière simple et surtout visuelle. Un DVD était par ailleurs un excellent moyen pour atteindre davantage de patients qu’uniquement nos patients. Nous sommes finalement parvenus à créer ce DVD avec un petit budget, et ce grâce aux nombreux bénévoles qui y ont apporté leur contribution.

Nous avons notamment collaboré avec Fatima Marzouki, une célèbre chef cuisinière qui prépare les repas durant les cours de cuisine. D’origine marocaine, Fatima a déjà participé en tant que coach pour enfants à l’émission « Junior Masterchef » ou encore à l’émission « 1000 zonnen ». Elle est à la tête de deux restaurants (« El Warda » et « Bizanaat ») ainsi que d’un studio de cuisine (« Fatima’s kookatelier ») situé dans le quartier Zurenborg d’Anvers. Elle a également écrit quatre livres de cuisine, à savoir « Koken met Fatima », « Kijk en kook met Fatima », « Mijn Arabische wereldkeuken » et son dernier livre « De keuken van Fatima ». Mère de quatre enfants, Fatima était immédiatement prête à collaborer de manière bénévole à ce projet. »

Les classiques : la pastilla, le couscous et la tajine

Si le DVD était initialement prévu pour un groupe-cible marocain qui nécessite une traduction plus saine des habitudes alimentaires traditionnelles, il n’en demeure pas moins que les non marocains peuvent également profiter du DVD grâce aux sous-titres en néerlandais ainsi que la version Francophone des cours de cuisine en marocain. Lors de ces cours, données en présence d’une chef cuisinière, d’une diététicienne et d’une diabétique marocaine, des repas marocains traditionnels sont revisités et préparés d’une façon qui est bonne pour la santé. La reconnaissance et la limitation des glucides et des lipides constituent le fil rouge. Les repas qui sont proposés et préparés sont la harira, une salade de concombres et de tomates, des briouates au poulet, la pastilla au poisson, le couscous, la tajine, une salade composée d’oranges, de cannelle et de thé à la menthe. Il est également possible de visionner chaque recette de manière séparée. Ce qui rend les ateliers de cuisine si intéressants, c’est qu’on explique d’abord la recette initiale, tout en donnant la possibilité à la diabétique marocaine d’énumérer les ingrédients qu’elle utiliserait en temps normal. Après cette énumération, la chef cuisinière remplace ou supprime les ingrédients qui ne sont pas nécessaires pour la recette revisitée. Dans une prochaine étape, la diététicienne explique pourquoi il y a lieu de remplacer ou de supprimer certains ingrédients. La chef cuisinière et la patiente prendront ensuite le relais et prépareront la recette alternative qui conviendra parfaitement aux patients diabétiques. Bon appétit, ou, comme on dit au Maroc, « bsachtek »!

Commandez le DVD à partir de janvier 2015 en vous adressant à votre éducateur en diabétologie

Pour 4 personnes:

  • 1 poulet à rôtir (env. 1,5 kg)
  • sel & poivre noir fraîchement moulu
  • 2 cuillères à café de poudre de paprika doux (10 gr)
  • 3 cuillerées d’huile végétale (huile d’olive) (30 gr)
  • 1 cuillère à café de persil haché (10 gr)

Sauce aux noix:

  • 200 gr de cerneaux de noix
  • 30 gr d’oignon
  • 40 gr de pain blanc sans croûte
  • 20 gr de flocons de poivron turcs ou ½ poivron rouge frais coupé 
    en julienne (70 gr)
  • 3 dl de fond de volaille
  • sel

Conseils de présentation:

Servez le poulet avec un peu de salade et une cuillerée de sauce aux noix (mettez le reste de la sauce dans une saucière). Accompagnez de pommes de terre cuites à l’eau (délicieux!). Pour une touche plus festive, remplacez le poulet par du pintadeau.

Le « triangle alimentaire actif », tel que nous le connaissons depuis toujours, est-il encore adapté au monde dans lequel nous vivons? En sa qualité d’éducatrice en diabétologie et de diététicienne, Linda Claeys, travaillant également pour la ligne d’informations sur le diabète, nous apporte quelques précisions.

« Pour nos avis, nous nous basons sur le Protocole alimentaire en cas de diabète qui a été établi par la Commission Alimentation de la Ligue flamande du Diabète », indique Linda Claeys. « Et ce protocole se fonde quant à lui sur les principes du triangle alimentaire actif. L’alimentation diabétique consiste en une alimentation saine qui accorde une attention toute particulière aux glucides et à leur répartition pendant la journée. La quantité et la qualité des lipides et du taux de fibres font également l’objet d’une grande attention. Dans la représentation visuelle du triangle alimentaire, nous indiquons quels groupes alimentaires contiennent des glucides, car cela revêt une importance majeure dans le cadre du diabète. Il n’est toutefois pas nécessaire de bannir ces glucides, car nous disposons d’insuline et de médicaments qui permettent d’adapter le métabolisme des glucides. Pour pouvoir contrôler le diabète, il suffit d’observer une alimentation saine et équilibrée. »

La Ligue flamande du Diabète n’est pas toujours satisfaite de l’approche suivie par les nouveaux régimes, les nombreuses émissions culinaires et leurs chefs-cuisiniers.

« En tant que diététiciens, nous déplorons que les nombreuses émissions culinaires qui passent à la télévision ne soient pas étayés scientifiquement. L’ouvrage ‘De voedselzandloper’ (Le sablier alimentaire) de Kris Verburgh a par exemple eu de nombreux résultats positifs, notamment pour les personnes qui désirent perdre du poids. Mais lorsqu’on supprime en grande partie les produits laitiers, le lait et les pommes de terre et qu’on vit en conséquence avec une petite quantité de glucides, on est droit de se demander où notre corps va chercher l’énergie, les vitamines et les minéraux nécessaires? En effet, notre corps a besoin de glucides pour pouvoir carburer ! Tant que ces régimes et ces émissions ne sont pas étayés d’un point de vue scientifique, nous n’allons certainement pas les recommander aux diabétiques. »

L’utilisation d’édulcorants naturels dans les émissions télévisées pose-t-elle également problème ?

« Les édulcorants naturels, tels que le sucre de fleurs de coco et le sirop d’érable et d’agave sont plus ‘naturels’ que le sucre de table, mais ont néanmoins toujours une influence sur le taux de glycémie. Certains édulcorants contiennent également du glucose, du fructose ou du saccharose. Ces édulcorants sont surtout utilisés pour préparer des recettes qui appartiennent au groupe restant, notamment les pâtisseries. Il s’agit là d’une habitude que nous désapprouvons, car nous estimons qu’il ne faut pas promouvoir les produits qui appartiennent au groupe restant. Il est par ailleurs impossible de faire une pâtisserie sans utiliser de la farine qui est riche en glucides. Même si la pâtisserie est sans sucre, elle aura toujours une influence sur le glucose sanguin. « Sans sucre » ou « sans sucres ajoutés » ne signifie donc pas « à consommer librement ». Un régime diabétique ne doit dès lors pas être considéré comme un régime sans sucre, mais plutôt comme un mode d’alimentation où le diabétique accorde une grande attention à tous les glucides. Un diabétique pourra manger tous les produits alimentaires, à condition que ce soit dans la bonne quantité et au moment opportun. En fait, il s’agit tout simplement d’une alimentation saine et dans notre société de consommation, cela constitue déjà un ‘régime’ en soi. Mais assurer un suivi correct reste une tâche difficile. C’est pourquoi nous conseillons toujours un diététicien pour que celui-ci puisse établir un plan alimentaire personnel. »

http://www.diabetes.be/diabetes-infolijn - http://www.diabete-abd.be/

Il se pourrait que d’ici à quelques années, les patients diabétiques n’aient plus besoin d’injection d’insuline. Des scientifiques ont en effet mis au point un nouveau traitement basé sur les cellules souches.

Les cellules souches sont des cellules reprogrammables capables de refabriquer de l’insuline. Des chercheurs de Harvard ont mis au point une méthode pour développer à partir de cellules souches humaines des millions de cellules (béta) qui reprennent la tâche des cellules productrices d’insuline détruites en cas de diabète de type 1. Doug Melton, professeur à l’Université d’Harvard et père de deux enfants atteints du diabète de type 1, a réussi à développer des centaines de millions de cellules à partir de cellules souches embryonnaires humaines. Ces nouvelles cellules ont permis d’obtenir un niveau de glycémie stable chez des souris atteintes de diabète. Les chercheurs estiment qu’ils pourront tester ces nouvelles cellules sur des humains dans deux ou trois ans. Il faut toutefois encore ‘emballer’ ces cellules, afin qu’elles ne soient pas attaquées par le système immunitaire.

Jetez un clin d’œil sur le tout nouveau site Youtube Contour Diabetes Solutions. Vous y trouverez plein d’informations pratiques sur la gamme Contour Next de Bayer.